rencontres amoureuses auvergne Après Mehdi Meklat et Théo, Libération défend Mennel, une « Française ordinaire ». Mais qui défendra Libé ? Pas Franck Crudo.


prostitute westchester ny On a définitivement perdu « Libération » (les guillemets sont de rigueur). Vendredi dernier, le quotidien a publié une tribune intitulée « Mennel, une Française ordinaire » d’un certain Saïd Benmouffok, professeur de philosophie au lycée Condorcet de Limay (78). Condorcet, le célèbre défenseur de la cause des femmes et de l’esprit des Lumières, mort sous la Terreur, a dû se retourner dans sa tombe…  Surtout quand on sait que l’auteur de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain avait écrit, en son temps, que la religion de Mahomet « semble condamner à un esclavage éternel et à une incurable stupidité toute cette vaste portion de la Terre où elle a étendu son empire ».

se rencontrer femmes Mennel « aime la France, son pays »

jour notre rencontre Saïd Benmouffok prend la défense de Mennel Ibtissem, cette jeune candidate enturbannée de  l’émission « The Voice », activité rencontre célibataire montréal… pardon « victime d’une polémique » pour avoir notamment tweeté « vivement que je me casse d’ici (la France) », relayé des thèses complotistes au lendemain de l’attentat de Nice ou encore affirmé après l’égorgement du père Hamel que « les vrais terroristes, c’est notre gouvernement ».

manon lescaut scene de rencontre prostituée slovenie A lire aussi: rencontre sexe saone et loire

site de rencontre canada quebec Outre ses « erreurs de jeunesse » – lesquelles datent d’un an et demi c’est-à-dire presque un siècle – cette « Française ordinaire » à qui l’on prête « des sympathies islamistes » a « liké » sur les réseaux sociaux un spectacle de Dieudonné, fait l’éloge d’un livre de brassens chanson sur prostituée ou encore enregistré une chanson pour Lallab, une association proche… des Frères musulmans. Une peccadille. Bref, même avec tous ces éléments mis bout à bout, y a pas de quoi lapider un chat estime-t-on sans doute au sein de la rédaction du quotidien. Au point de publier une tribune que l’on se laisserait presque aller à qualifier de « nauséabonde », si cette terminologie n’était pas justement employée à satiété par Libération à l’encontre de toute idée ne se situant pas… à sa gauche.

site de rencontre par cam pour ado Ce prof de philo des Yvelines cible en vrac « les réseaux d’extrême-droite » et « les réseaux laïcards » puisque, évidemment, tout individu pas forcément emballé à l’idée qu’on puisse chanter voilé à la télévision française après avoir bavé quelques inepties morbides sur les réseaux sociaux est forcément soit d’extrême droite, soit laïcard. Notre Socrate du 78, lequel connaissait bien les sophistes en son temps, nous apprend que cette « Française ordinaire » au visage d’ange « aime la France, son pays », ce que seul un analphabète (laïcard ?) n’aurait pas saisi après la lecture de son tweet de juin 2016.

Libération porte bien mal son nom

rencontres bertrix Après avoir taclé par derrière – ce qui, normalement, est passible d’un carton rouge – Manuel Valls en mettant entre guillemets l’expression « rendre gorge », Saïd Benmouffok ironise sur le fait que Mennel serait « le paravent de l’islamisme, ce mot fourre-tout [comme l’islamophobie professeur ?] qui autorise la confusion entre un tweet imbécile et une complicité criminelle. » Fort de ce raisonnement limpide et en toute logique, dans d’autres cas de figure, notre avocat de Limay se refuserait donc certainement à assimiler un tweet imbécile et raciste à l’extrême droite ou même, soyons fous, au fascisme.

rencontre pour partir en voyage Maître Benmouffok, qui voit des complots tout azimut, ponctue son argumentaire, sans qu’on sache trop comment il en est arrivé à cette conclusion un brin hâtive et où il veut en venir : « Voilà comment certains pourfendeurs du complotisme sont eux-mêmes devenus des complotistes », assène-t-il. Si l’on était doté d’un quelconque mauvais esprit, on suspecterait presque notre prof de philo de s’être mordu les doigts pour ne pas gribouiller « judéo-maçonniques » à la fin de sa phrase…

rencontre troisieme genre Décidément, Libération file un mauvais coton ces derniers temps. Et dire que ce quotidien presque quinquagénaire, créé en 1973 sous le parrainage de Jean-Paul Sartre, reprenait alors l’appellation du journal éponyme de la Résistance, dirigé par Emmanuel d’Astier de la Vigerie sous l’Occupation. Le célèbre combattant antinazi, auteur de La Complainte du partisan, doit lui aussi se retourner dans sa tombe. Libération porte de moins en moins bien son nom et incarne de plus en plus cette gauche historiquement antifasciste mais pas anti-totalitaire, pour reprendre la terminologie Orwellienne, ainsi que cette compromission si Sartrienne (avec l’Union soviétique de Staline et consorts en ce qui concerne le philosophe). Au nom de l’anticapitalisme ou de l’anti-impérialisme hier, sur l’autel de l’antiracisme aujourd’hui.

Meklat, Théo, etc.

existe t il un site de rencontre cougar gratuit On jettera un voile pudique sur Mehdi Meklat, ex-coqueluche de la presse « progressiste » en général poeme de belle rencontre. En février 2017, on apprend que le chroniqueur du Bondy Blog a, sous un prête-nom, réalisé le grand chelem des tweets haineux : antisémitisme, sexisme, homophobie, apologie d’Hitler et du nazisme, bref la totale.

musique pub orange rencontre Non, le petit pêché mignon de Libération, ce sont les tribunes. Comme celle pour Théo, qui fustige les violences policières en Une du journal, toujours en février 2017.

prostituée canada

rencontre cannes 06 Une tribune désormais collector quand on connaît, un an après, l’épilogue de cette affaire. Et qui a déclenché la colère des forces de l’ordre. Car visiblement, au sein de la rédaction du journal, on a le « pas d’amalgame » à géométrie variable.

vivastreet rencontre aube On se demande d’ailleurs si le plus kitsch, dans la tribune de février 2017, ce ne sont finalement pas les signataires eux-mêmes. Avec, parmi les têtes de gondole, un certain Eric Cantona dont on connaît le légendaire self-control et le goût prononcé pour la non-violence.

prostituee declaree

conseil premiere rencontre internet On rêverait presque d’un « Rendez-vous en terre inconnue » où Frédéric Lopez emmènerait le célèbre footballeur dans l’un de nos territoires perdus de la République, vêtu d’un uniforme de policier ou de pompier (ça marche aussi hélas). Histoire d’admirer la réaction exemplaire de « Canto » après s’être fait caillassé, insulté, voire plus si affinités.

jeux rencontres paris Parmi les signataires, on trouve aussi une ribambelle de rappeurs, surreprésentés dans cette pétition, dont cirm rencontres 2011 « chantaient » en 2013 : rencontre grand corps malade analyse. Un autre qui « met un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Eric Zemmour » (1’50 »).

rencontre nail

lieux de rencontre bayonne Mais aussi Black M, accusé d’antisémitisme et rencontre internationale et européenne des jeunes pour la culture de paix. Ou encore Magyd Cherfi, le chanteur du groupe Zebda, lequel affirmait que Mohamed Merah n’était «  pas un monstre », qu’il avait été « abandonné par la République » et que l’on a « un devoir d’empathie » à son égard. Sans oublier, cerise sur le gâteau, quelques casiers judiciaires bien garnis…

afrointroduction rencontre Libé sait choisir ses combats et ses ambassadeurs.

rencontre la jenny histoire de premiere rencontre amoureuse Lire la suite