rencontres internationales de la gestion publique C’est ce qu’on appelle l’esprit de l’escalier. Ou un net retard à l’allumage. Participant lundi matin à l’émission de Pascal Praud sur CNews, j’ai découvert en direct l’improbable tandem choisi par l’Elysée pour le deuxième Macron-show de la semaine – Bourdin et Plenel. Sur le moment, j’ai bredouillé un truc sans intérêt sur le caractère sportif de l’opération, une vraie bécasse.

rencontre homme dans le 77

site de rencontre pour marocains

à la rencontre des sociopathes ordinaires Quelques minutes plus tard, au volant de mon Autolib, je fulminais. Contre moi-même. Et contre le président.

La sécession silencieuse

rencontres marvejols Emmanuel Macron n’a jamais rendu visite à la rédaction de Charlie Hebdo, contrainte de vivre sous haute protection dans un endroit tenu secret. Rien n’indique, sinon les belles envolées des grandes occasions, qu’il ait pris la mesure de la sécession silencieuse qui fracture notre pays. Et il n’a pas jugé bon non plus de se fendre d’un grand discours sur la laïcité, pourtant annoncé, préférant affirmer devant les représentants des cultes que la société n’avait pas à être laïque et que les religions avaient toute leur place dans la Cité.

rencontre victo Or, en adoubant Plenel, il intronise un homme qui, il y  quelques mois, quand les menaces de mort pleuvaient sur le journal de Charb pour cause de voir le film starstruck rencontre avec une star en streaming, a cru bon d’en rajouter en écrivant que Charlie menait « une guerre contre les musulmans ». Le patron de Mediapart ne voulait sans doute pas délivrer un blanc-seing aux assassins. Vexé comme un pou d’avoir été épinglé par Charlie avec l’ex-idole des jeunes musulmans, il avait réagi par un pétage de plomb ridicule et pathétique, invoquant, entre autres balivernes,  l’Affiche rouge des nazis sur le réseau Manouchian. Cet incident aurait dû, au minimum entamer son crédit. Mais, étrangement pour un homme qui a fait du « pas de pardon » le cœur de son éthique journalistique, Plenel survit à tous ses ratages – pour être polie.

Plenel, idéologue donneur de leçons

nederlands elftal roemeense prostituees Au moins sera-t-on d’accord avec lui sur un point, le patron de Mediapart n’est pas n’importe quel journaliste. Il est doublement idéologue, animé par une vision robespierriste du monde et de son métier. On suppose qu’il sera poli et se gardera de rappeler à son partenaire d’un soir, Jean-Jacques Bourdin, sa condition de salarié de Patrick Drahi. Convaincu d’incarner le seul et vrai journalisme, Plenel adore faire la leçon au reste de la profession et citer Mediapart comme l’étalon de la vertu. Mais on dirait que ce qu’il aime par-dessus tout, c’est faire peur. C’est bien sûr un hasard si, sur certaines photos, il présente une ressemblance frappante avec Staline. Reste qu’au nom de l’intérêt supérieur de la démocratie dont il estime avoir la charge, il pratique un journalisme policier et redresseur de torts dont la réussite se mesure au nombre de têtes qu’il fait tomber. Il aimerait bien, en guise d’apothéose, faire rouler celle de Sarkozy, mais en dépit d’un acharnement qui a stimulé le zèle des juges, son affaire de financement libyen ne semble guère inquiéter l’entourage de l’ex-président.

Le mauvais ami des musulmans

site de rencontre francophone gratuit Plenel défend en outre une conception particulière de la France et du monde, qu’il a lui-même définie comme une forme de trotskisme culturel et qui est à la croisée du nuitdeboutisme et de l’indigénisme, le tout noyé dans un fond de sauce anticapitaliste et tiers-mondiste. Ainsi, depuis le 7 janvier 2015, s’évertue-t-il à nous expliquer que le principal danger qui menace la France, c’est l’islamophobie, tandis qu’une représentante de sa rédaction affirme candidement sur un plateau de télévision que « l’islam radical n’est pas un gros problème ». Toujours prompt à dénoncer le « racisme d’Etat » et la résurgence d’un pétainisme qu’il ne craint pas de déceler chez Alain Finkielkraut, Edwy Plenel prétend œuvrer rencontre hiv dating, titre de l’un de ses ouvrages, mais il a choisi les fondamentalistes contre tous ceux et plus encore toutes celles qui, dans les quartiers islamisés, se battent contre la pesante domination des barbus.

Insulte à la mémoire de Charb

majliss el kalam rencontre J’ignore quels sombres calculs de communicants ont présidé au choix de l’Elysée. On n’ose penser qu’il vise à neutraliser le pouvoir de nuisance plenélien. S’agit-il, pour Emmanuel Macron, d’apparaître comme le porte-parole de la gauche raisonnable ? De montrer qu’il ne craint pas d’affronter un adversaire dont les frisottis de moustache et les plissements d’yeux  en ont terrassé plus d’un ? Alors que la question de la laïcité et de la capacité de l’islam à s’y conformer organise un clivage bien plus existentiel que le clivage droite/gauche, alors que le séparatisme islamiste, et l’antisémitisme qui va avec, continuent à progresser, choisir comme interlocuteur un homme qui refuse de les nommer, c’est adresser un signal déplorable à l’ensemble du camp laïque. Et c’est une insulte à la mémoire de Charb, Cabu et de tous les morts de Charlie Hebdo.

rencontrer orelsan

site rencontre tokyo

site rencontre pour ado sherbrooke les rencontres entre le barca et le real Lire la suite